AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lee Jade || Ending

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

A d m i n i s t r a t r i c e

A d m i n i s t r a t r i c e
▌Âge RP : 21 ans
▌Phone : 011 - 0707 - 9026
▌Pix' :



Identity
Classe sociale: Elite
Relationship:
Côte de popularité:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Lee Jade || Ending   Ven 29 Jan - 3:07

Lee
Jade


feat - Ji Won (Dahong Model) -


    « Tu sais...
    Plus on se débat, plus on sombre vers le fond...
    L'être humain est bien futile... »




©️ Mary
Identity


› Nom(s) « Lee
› Prénom(s) « Jade
› Surnom(s) « Little Doll
› Âge « 21 ans
› Lieu de naissance « Séoul
› Nationalité/Origine « South Korea
› Statut « Elite
› Sexualité « Bisexuelle
› Situation amoureuse « Célibataire







    Who I Am



      caractère

    Fiou !
    Ça tourne, encore et encore. Je me sens bien. Fini les flash, terminé les changements de vêtements et le maquillage à refaire ! Plus rien, jusqu'à demain ! Le pied ? Non, le pied, c'est la dose magique que je viens de me prendre.
    Dois-je vous l'expliquer ? Je viens de rentrer à la maison, la manager m'a laissé au pied de la porte. Comme si j'avais besoin d'une baby sitter ; mais c'est pas sa faute, elle ne fait que son boulot. Qui plus est, elle est gentille.

    Une fois la porte refermée, je me suis dirigée vers le salon, laissant tomber un à un mes vêtements au sol. On est tellement mieux en sous-vêtement... Je me suis écroulée sur le canapé, épuisée.
    Et ma soif à ressentie. Une pulsion d'excitation est montée en moi. C'était l'heure ! Je n'avais rien consommé depuis ce matin. La main légèrement tremblante, j'ai fouillé sous le canapé, en tirant un sachet. Dedans, une poudre d'une blancheur extrême. La meilleure qualité que l'on puisse avoir.

    Le soir, c'est le moment que je préfère. L'heure où je laisse tomber le masque. Là où je cesse de sourire avec douceur à tout les gens. L'instant où je peux soupirer si je le veux, où rien ne me force à parler d'une voix douce et posée.
    A vrai dire, ça me fatigue, c'est ainsi depuis des années. Être professionnelle et toujours parfaite. Correspondre à l'image que l'on a crée de moi. Et que j'ai créé également, malgré moi.
    Je n'aime plus ma vie. Je devrai être fière de ce que je suis devenue, mais en réalité, je ne suis jamais satisfaite. Les photos sont sublimes, mais il n'y en a jamais assez. Je veux plus. Plus de succès, plus d'argent, plus de contact. Plus de contrat, plus de travail, plus de domaine. Mannequina, chanson, cinéma, télévision... Et en admettant que je parvienne à faire tout cela, que me restera t-il a faire après ? De la politique ? Me marié avec l'homme le plus beau, le plus intelligent et le plus riche qui soit ?
    Et après ? Cette question revient en boucle. Se fixer des objectifs, c'est prendre le risque de ne plus en avoir un jour, pour faute de les avoir trous dépassés.

    Vous me trouvez sûr de moi et arrogante. Peut-être.
    Si je pouvais faire un seul vœu, ça serait que rien de tout ça ne soit jamais arrivé.
    Ou peut-être que je préfèrerais avoir quelques sachets de plus ?

    Je divague et j'en oublie presque mon sachet à propos. Cette idée me fait rire, alors je rie, toute seule.
    Nerveuse, j'ouvre le sachet et fait glisser une partie de la poudre blanche sur la table de verre, devant le canapé. Je sort une paille et du bout des doigts, je forme avec délicatesse une jolie ligne de poudre blanche.
    Le doigt sur une narine, la paille dans l'autre, j'inspire un grand coup, toute la ligne.

    Je rejète la tête en arrière. Je ferme les yeux et j'attends.

    Les effets sont rapides. Un sentiment de joie commence à m'enivrer et quelque part au fond de moi, un bout de mon être se sent soulager. Je me lève et marche jusque la chaîne hifi. J'y dépose le premier Cd qui passe. T-ara., Son Dambi, After-School. Que des groupes relativement nouveaux, que de la musique Coréenne électronisée. De la pop, ce que j'aime.
    Je monte la volume aussi fort que mes oreilles peuvent le supporter. Je laisse la musique m'entrainer... La musique... Et l'héroïne.

      physique

    Je tourne, je tourne, encore et toujours plus.
    Depuis combien de temps, je ne sais pas. Mais je tourne. Et ça me fait rire. Rire, rire et rire encore.
    J'ai le sentiment d'être retombée en enfance.

    Je ne sais pas si je suis réellement retombée en enfance ou si ce n'était qu'un trip, mais ce qui est sûr, c'est que ce que je viens de heurter, ça s'appelle un miroir. Mon miroir. Celui qui se trouve dans ma chambre. J'étais pourtant certaine d'être dans le salon.

    Sonnée, je reste plantée en face de mon miroir. Le reflet me guette, agars. Le constatant, je fais la moue. Le miroir reproduis mon geste. Et ça me fais rire.

    Et le plus drôle,c 'est que la jeune fille en face de moi rie aussi.
    Je décide alors d'arrêter de rire pour la regarder un peu. Une peau blanche et laiteuse.
    Deux yeux sombres en amandes restent braqués dans les mieux. Je regarde son nez petit nez, un nez discret, mignon, accordé à merveille avec le reste du visage. Un visage ovale, munie d'une bouche douce et rose, lisse au possible.

    Ce visage est encadré par de long cheveux sombre, eux aussi. Légèrement ondulés et surplombés d'une frange. Ses cheveux lui arrivent un peu plus bas que les épaules, un peu plus haut que la poitrine.

    Elle est là, devant moi, dans ce miroir. Dans ses sous-vêtements noirs, elle semble un peu perdue. Non pas que l'ensemble sombre ne lui aille pas, au contraire.
    A vrai dire, je pense que c'est le genre de fille à qui tout doit aller. Assez grande, fine, avec de longue jambe. Une peau sans imperfection. Pas la moindre trace de boutons, de cicatrice. Tout semble lisse et doux.

    Mais moi je sais qu'elle se force à manger, tout les jours. Bien plus que tout les autres mannequins. Parce que ses nouvelles relations qu'elle entretiens depuis quelques mois avec sa copine Héroïne, ça lui fait perdre du poids. Et son corps c'est tout ce qu'elle a.

    Ou peut-être devrais-je dire c'est tout ce que j'ai.
    Je sais que mon corps est un cadeau. Je le sais et j'ai fini par l'admettre, à force d'entendre mon entourage me le répéter sans cesse.

    Mais je ne peux pas me résoudre à l'aimer. Car ce corps, je le tiens de mes parents. C'est sans doute une des dernières choses que je leur dois et que je ne pourrais jamais leur rendre. A mon grand regret.




    My Story





    Comment expliquer ce que je ressent pour mes parents ? C'est un étrange sentiment de rancune, de haine et de tristesse.
    Je ne reviendrais pas sur les premières années de ma vie. Je suis née à Séoul dans une famille assez aisée. Ma mère était femme au foyer, mon père dirigeait une grande entreprise. Grâce à lui, je n'ai manquée de rien étant petite. Mise à part cela, je vous assure qu'il n'y a rien d'intéressant.

    J'ai grandis dans une ambiance étrange. Entre mes parents, il y a toujours eu comme une sorte de.. Pas de malaise à proprement parlé, non. C'était plus comme une sorte de rivalité. Au départ, elle était enfantine et innocente. Comme l'enfant que j'étais. Mais plus j'ai grandis et plus leur jeu à pris des allures malsaines.Sûrement comme moi. Mais je n'en suis pas la cause, du moins c'est ce que je veux croire.
    Jusqu'à mes douze ans, ils m'ont élevés dans un objectif et un accord visiblement commun. Mon devoir était d'être polie, jolie et bien élevée. Et plus important que tout, je devais être intelligente. Outre les cours normaux auxquels j' assistais toute la journée, j'avais en prime le privilège de voir défiler chaque soir plusieurs enseignants personnels.

    C'est à peu prêt à cette période là que leur jeu commença à tourner au vinaigre. J'avais parfaitement conscience qu'il y avait entre eux un challenge. Chacun essayait toujours de surpasser l'autre : idée de cadeaux, de voyages, habits, blagues, rencontres...
    Tout ce qui pouvait se rapporter à moi était sujet de course à la réussite. Il n'y avait qu'un seul domaine qu'ils n'avaient pas encore abordés : mon avenir. Mais cela n'allait gère tarder.

    Je ne sais pas comment le sujet entra sur le tapis. Je finis par me retrouvée entre le marteau et l'enclume. Mon père souhaitait que je poursuive dans une école spécialisée dans le commerce et ce dès que possible. Je serai ainsi prête le jour de mes vingt-ans à devenir son bras droit au sein de l'entreprise pour un jour la reprendre plus tard.
    Ma mère quand à elle désirais autre chose pour moi. D'après elle, je devais continuer des études dans le domaine politique et culturel. Ainsi, mon sens de la réflexion continuerai de s'accroitre. Mon but serai alors de trouver un riche partie politique, de l'épouser et de devenir son aide. Une façon méticuleuse pour tirer une à une certaines ficelles de la politique.

    J'avais alors treize ans. Inutile de préciser que ni les plans de l'un, ni les projets de l'autre ne m'intéressaient. Moi, ce que j'aimais, c'était la photographie et le cinéma. Mais je savais déjà que cette idée leur déplairais. C'est pourquoi j'ai bataillée pour rester dans une filière générale. Pour satisfaire mes parents, je suis aller dans des écoles réputées. C'est ainsi que j'intégrais à quinze ans une école de renom, Yu Gwan Sun. Bien qu'en première année, je perce assez vite.
    Je suis quelqu'un de souriant et aimable, polie mais suffisamment intelligent pour ne pas me laisser prendre au jeu de la notoriété. Je ne me lie d'amitié avec personne et préfère rester seule dans mon coin. C'est à cause, ou plutôt grâce à cette attitude que les attentions se détournes vite de moi et rapidement, en moins de deux mois, plus grand monde ne se soucie de moi. Certains parlent sur mon dos, me traitant de "Little Doll". La raison de se surnom est assez évidente. Je suis silencieuse et rien ne parait m'affecter. Comme une poupée. Je suis là uniquement sur la volonté de mes parents. Comme une poupée. Je dois avouée moi-même que ce surnom était bien trouvé.

    Mais même une poupée est capable de couper d'elle même ses chaînes. Mon projet état déjà mise au point depuis longtemps. Il ne me manquait qu'une seule et unique chose pour pouvoir mettre mon plan en exécution. Avoir seize ans.
    Ce fut long de les attendre. Mais ils arrivèrent, à la date prévue. Je me rendis chez un avocat. Je demanda à me faire émanciper. J'expliquais le jeu auquel mes parents se livraient. Je dénonçais les trafique de mon père et de son entrepise. Je mettais aussi au grand jour les actions de ma mère auprès de certains politiciens et le chantage au-quelle elle se livrait souvent.
    Le dossier fut traité rapidement, accéléré par mes nombreuses révélations. Mes parents furent effondrés. Autant par ma trahison que par le fait que leur vie s'écroulait.

    Chacun écopa de sa part d'année de prison et je fut émancipée. Un véritable soulagement pour moi. Je pouvais désormais choisir qui j'étais.
    Je pris rendez-vous avec le directeur de Yu Gwan Sun. J'avais toujours étais bonne élève, aussi il m'écouta sérieusement. Je lui demanda de me présenter à des contact. J'avais un projet ambitieux que je voulais réaliser. J'en avais les moyens et si il accepté de m'aider, il pourrait en tirer de nombreux avantages. Il promit de faire tout son possible pour m'aider. J'ignore encore ce qui l'a motivé à m'aider ce jour là. Peut-être était-ce le fait de savoir que je me retrouvais sans parent. Ou le fait que je les avais moi même dénoncé, preuve de ma détermination. Mais qu'importe.

    Trois mois après, il me présenta à une agence de mannequina. La vie durant ses trois mois n'avait pas était facile, n'ayant plus les moyens d'aller à l'école, je m'étais contentée de travailler dans une petite librairie.

    L'agence me pris à l'essai pour trois mois, avec un salaire de stagiaire. Je devrais travailler à aider les mannequins durant un moment. A la fin des trois mois, un entrainement me sera proposé en parallèle de mes travaux de stagiaire.
    Je conclu aussi un arrangement avec le directeur de Yu Gwan Sun. Il ferai en sorte que je puisse poursuivre mes études à distance, malgré mon manque d'argent. En échange, une fois que je serai connue, je devrais l'aider à faire monter la valeur de l'école, en affirmant que j'en étais bel et bien diplômée.


    Tout se déroula comme prévue ; Je resta assez longtemps stagiaire, trop à mon goût, mais bien moins que d'autres filles. J'avais presque dix-huit ans lorsque je pus enfin poser seule sur des photos.

    A maintenant vingt et un ans, je peux dire que j'en est fait du chemin depuis. Japon, France, Etats-Unis... Autant de pays dans lesquels je me suis rendu pour des photoshoot. Ma vision du métier à changée. Celle du monde aussi.
    Sachez que je reviens en Corée après plus d'un an d'absence. Mon travail à l'étranger à était très enrichissant mais je souhaite conquérir complètement mon propre pays avant d'attaquer les autres.
    Si je devait tirer une leçon de se que j'ai appris jusqu'ici, ça serait celle-ci. Il vaut mieux faire attention à ce que l'on souhaite, car on pourrai bien l'obtenir.




    More About Me


    › Famille « Considérez que je n'en est aucune...
    › Signe(s) Particulier(s) « Je porte toujours mon collier magique sur moi. En ca de soucis, il peux me faire tout oublier.
    › Vos ambitions pour le futur « Ma carrière de mannequin est lancée depuis plusieurs années maintenant et j'ai envie de changer d'air. Je déteste ce milieu, mais le désir est plus fort que le reste. Je souhaite me faire une place sur le grand écran...
    › Votre secret « Mon collier... Entre autre. Que dirait les fans s'ils savaient que je me drogue avec tout ce qui passe ?
    › Votre avis sur le blog de Gossip Girl ? « Son blog est à double tranchante. Vous pouvez surfer dessus et l'utiliser pour arriver à vos fins... A conditions de ne pas mourir sous un tonneau !
    › Et sur elle ? « Je serai curieuse de la voir... Histoire que l'on discute d'une ou deux rumeur à mon sujet, il y a quelques mois... !







      ©️ Mary





    ©️ Blast
      Hors RPG


      › Prénom ou Pseudo « Blast
      › Âge « 19 ans
      › Comment avez-vous découvert le forum ? « Par MJ ^^
      › Qu'est ce qui vous a attiré chez lui ? « MJ <3 /PAN/ et GG *o* /BAFFE/ et le Design :p /MEGABAFFE/ .... Accessoirement le contexte ? .___.
      › Un conseil pour l'améliorer ?« Y'a pas de Squiby =.=
      › Avez-vous lu le règlement ? « Oui sûrement. Y'a longtemps >_> /Retourne le lire/ Alors le code... Moi *o* /VLAMP/... >_> « Elite »
      › Autre chose ? « MJ, ti remarque que j'aurais pu m'autovalider ! Mais ça fais du bien de relire les règlements <3



« Tous ces stéréotypes, ça me rend folle
N'as tu jamais osé me juger ? Regarde à l'intérieur, pas ce que tu vois !
Ce que tu penses n'est rien de ce que je suis.
Tiens-moi en sécurité, dis moi que je suis à toi même quand je ne suis pas avec toi
Laisse-moi libre, regarde moi en toute confiance afin que je puisse rester
»



Dernière édition par Lee Jade le Mer 19 Mai - 20:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A d m i n i s t r a t r i c e

A d m i n i s t r a t r i c e
▌Âge RP : 21 ans
▌Phone : 011 - 0707 - 9026
▌Pix' :



Identity
Classe sociale: Elite
Relationship:
Côte de popularité:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Lee Jade || Ending   Mer 17 Fév - 3:52

Terminé ~
Suffisait juste de s'y mettre en fin de compte /comme beaucoup de chose T_T/

J'ai fais aussi les sujets & demandes obligatoires ^^


« Tous ces stéréotypes, ça me rend folle
N'as tu jamais osé me juger ? Regarde à l'intérieur, pas ce que tu vois !
Ce que tu penses n'est rien de ce que je suis.
Tiens-moi en sécurité, dis moi que je suis à toi même quand je ne suis pas avec toi
Laisse-moi libre, regarde moi en toute confiance afin que je puisse rester
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lee Jade || Ending

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar :: } _Welcome to Seoul :: → Fiches d'identités :: → Fiches Validées :: Portfolio :: Séoul's Elite-