AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juste une petite leçon [Hatakeyama Yasunori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

K i n g

K i n g
▌Âge RP : 18ans
▌Phone : 011 - 1841 - 0752
▌Pix' :



Identity
Classe sociale: Aisée
Relationship:
Côte de popularité:
97/100  (97/100)

MessageSujet: Juste une petite leçon [Hatakeyama Yasunori]   Sam 17 Avr - 23:29

    Vous savez il y a des jours comme ça qui, sans que l'on est besoin d'ouvrir nos yeux, s'annoncent déjà bien mal. Des jours comme ça, où l'on préférait vraiment rester coucher encore et encore durant des heures, en espérant que la journée passera vite, très vite. Mais les rayons du soleil percent déjà au travers des rideaux à peine opaques de la chambre de Hirohito, comme il aurait été bon d'avoir une bonne paire de volets comme on savait si bien les faire en Italie, ce genre de volets qui vous cachent le soleil à n'importe quelle heure de la journée. Mais peu importe, le mal et déjà fait, le petit roi aura beau tourner et virer sous les draps de son lit, rien n'y fera, il ne pourra plus sombrer dans l'abîme profonde du sommeil, et puis cette chaleur... Il faut trop chaud dans cette chambre, beaucoup trop chaud, maudite soit cette mère qui a tendance à avoir froid même quand le printemps vient réchauffer l'air du pays. Maudite soit cette étrange habitude de laisser allumé le chauffage de la maison, alors qu'on se revendique légèrement avant-gardiste en se prétendant écologiste... Que d'idioties qui le forcent finalement à repousser les draps de son lit, fini. Il pourrait passer un long moment allongé sur son matelas encore trop dur pour lui plaire vraiment, sans bouger, continuant ainsi à regarder son plafond d'un blanc immaculé, sans pensé à rien d'autre que ce pressentiment étrange que sa journée serait loin d'être bonne. Non il n'y a rien d'autre à dire, et lui n'a plus rien à faire dans son lit, tout le monde sait bien que le petit roi n'aime pas rester trop longtemps au même endroit, qu'il n'aime pas paresser pendant des heures, il lui faut un peu d'action, et voilà que dans un grognement sorti du tréfonds de ses entrailles il se redresse dans son lit, avant de s'asseoir sur le bord. Il fait toujours trop chaud, et à cause de cette chaleur, malgré l'heure matinale, il sent déjà la transpiration. Peut être faudrait il qu'il prenne les devant et fasse part à l'intendante de la maison de son envie expresse de se débarrasser de cette température trop élevée.

    Il attend encore un peu, juste l'histoire de quelques minutes qui pourraient lui sembler durer bien longues, mais il n'y peut rien, il sent son corps lourd, trop lourd pour qu'il puisse se lever rapidement de son lit. Non, il lui faut juste un peu de temps pour que ses jambes se désengourdisse des effets de la nuit, et qu'il récupère assez de force pour pouvoir de porter jusqu'à son armoire, puis jusqu'à sa salle de bain. Oui, encore quelques secondes, et d'une impulsion douloureuse il se remet sur ses jambes, il chancelle légèrement en grimaçant. Il entend ses articulations craquées sous son poids, et sous sa démarches mal assurée, ça, ce n'est pas douloureux juste désagréable. C'est dans ses moments là, que l'on se rend compte que finalement, nous ne sommes vraiment très solide, juste des os montés en kit et retenus pas de la chair pas plus solide que ça, juste étanche. Les pas se font avec le passage des secondes de plus en plus assurés et de plus en plus rapide, la vigueur de la jeunesse revenant au galop dans les jambes, dans le corps du nouveau petit roi des lieux. Il ne lui faudra plus très longtemps pour atteindre son immense penderie, et pour y dénicher tous les vêtements dont il a besoin, et il ne lui pas plus longtemps pour aller s'enfermer à double tour dans la salle de bain. S'enfermer longuement dans la salle de bain?! Durant des heures entières?! Non, ce n'était pas dans les habitudes de Hirohito, il ne flemmardait jamais longtemps dans sa salle de bain, se contentant d'y faire ce qu'il avait a y faire sans jamais y laisser couler l'eau pour un rien, sans jamais rester des heures devant l'immense miroir qui s'y trouver juste pour s'admirer, il avait beaucoup d'orgueil certes, mais il n'y avait pas une once de narcissisme qui lui coulait dans les veines malgré la multitude de compliment sur son physique qu'on avait put lui faire durant sa courte vie.

    Et à peine sortira t'il de sa salle de bain, habillé, et désormais frais comme un gardon, que la sonnerie de l'interphone se mettra à résonner dans toute la maison. Il ne se presse pas pour sortir, pied nu, de sa chambre pour aller voir qui est cette personne qui vient le déranger à dix heure du matin. Non, il ne se presse pas, car il sait déjà qui se trouver derrière la grande porte d'entrée en bois sculpté, et puis, il sait aussi qu'il aurait beau se presser cela ne changerait rien, que Madame Kang aura déjà ouvert la porte avant même qu'il n'atteigne les escaliers. Alors pourquoi se presserait il?! Il se contente juste d'attraper l'étui de sa guitare, une guitare toute simple, sans grandes envergures, juste assez bonne pour apprendre les bases, il n'y a pas besoin de plus pour cela n'est ce pas?! Elle a juste un joli son à l'oreille, elle est simplement assez juste pour le moment, pour un novice tel que lui... Mais ce statu de novice ne lui plait pas vraiment, son orgueil le pousse encore et encore vers la perfection, à devenir le meilleur, il ne supporte pas de ce voir à la deuxième place, et il se prend parfois à s'imaginer un jour, jouant bien mieux que son professeur. Mais ce rêve n'est pas pour maintenant, il n'a apparemment pas vraiment la fibre musicale, et il lui reste encore bien des choses à apprendre. Mais une fois tout cela en main, il ne traine pas les pieds pour aller prendre sa leçon, non, il n'est pas de ce genre là, après tout c'est lui qui a choisi de prendre ces cours, alors ce n'est pas pour rechigner à la tache dès à présent non. Il cavale dans les escaliers, pour s'arrêter juste à coté de la porte, ou l'homme se trouve encore au coté de madame Kang, qui le salue d'une petite courbette, et d'un sourire bienveillant.

    « Bonjour. »

    La salutation n'est pas uniquement pour le nouvel arrivant, elle est là aussi pour cette dame qui travaille dans le chalet de sa mère, et qui prend soin de tout ce qui se trouve à l'intérieur. Cette femme serait à la limite plus attentionnée que sa propre mère à son égard... Mais ceci est une autre histoire, et cette dame prend déjà congé, retournant supposons le dans la cuisine, laissant le professeur et l'élève seul dans le halle d'entrée. Il n'est plus question de parler en coréen dès à présent, et le naturel revient au galop pour le petit roi, l'appel des racines dira t'on, juste ça...

    « Près pour la leçon?! »


    Et sans attendre il se dirige déjà vers le salon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

P e o p l e

P e o p l e
▌Âge RP : 30 ans
▌Pix' : Quiet Dreamer



Identity
Classe sociale:
Relationship:
Côte de popularité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Juste une petite leçon [Hatakeyama Yasunori]   Ven 23 Avr - 0:36


    Il n'avait guère dormi, comme tous les jours, enfin, toutes les nuits. Il prenait des cachets qui le rendaient totalement non opérationnel, ça c'était sûr, lorsqu'il les avait avalé, il lui suffisait que quelques dizaines de minutes pour être dans les limbes, mais ça, ce n'était pas un sommeil réparateur, au contraire. Lorsque l'on prend des somnifères, on dort souvent très mal, et c'était là son cas, il n'avait simplement pas l'impression de se reposer, et semblait toujours encore plus fatigué au réveil qu'au coucher... Mais il se disait, patient comme il était, qu'au bout d'un moment il finirait bien par être tellement crevé, qu'il en dormirait comme un nourrisson bien repu... Pour le moment en tout ca, ça ne semblait pas être près d'être le cas, et cette nuit encore, il avait fait des aller-retour dans son petit appartement, entre les deux tables basses et le futon déplié au fond de la seule grande pièces à vivre qui composait son habitation, si on oubliait cuisine et salle de bain... Il avait bien tenté de fermer les yeux, mais lorsqu'il pensait enfin qu'il était sur le point de s'endormir, ces images, celles là qui revenaient toujours, étaient repassées dans son esprit, et l'avait forcé à rester là, immobile sur son futon, le regard paniqué, sur un évènement passé depuis des années déjà...

    Puis sa cicatrice l'avait tiré, et la douleur qu'elle lui procurait l'avait forcé à se relever, chercher ses cachets... Finalement, il s'était couché à quatre heures du matin, et était de nouveau éveillé à six heures... Deux heures à comater en silence, regardant sans le voir l'écran de l'ordinateur sur lequel défilait un film en boucle, voilà une nuit comme une autre chez Yasunori. Enfin, voilà le petit matin qui se levait, ce n'était pas trop tôt! Même si son réveil était seulement pour dans au moins une heures et demie, il se leva et l'éteignit, ses yeux clairs parcourant la pièces d'un air vague, par réveillé, et fatigué... La pièces lui semblait bien vide, tout y était ordonné et à sa place, mais c'était mieux ainsi, propre et rangé, modeste mais bien entretenu... on voyait bien qu'il vivait seul et ne bougeait pas beaucoup, chez lui du moins.

    Largement en avance, le nippon eut le temps de se préparer sans courir, ce qui, en soi, n'était pas une mauvaise chose, car s'il détestait bien quelque chose, c'était ça: avoir à se presser, alors qu'il pouvait faire tout ça tranquillement. normal, quand on était comme lui, on préférait économiser ses forces pour ne pas être trop fatigué, trop tôt dans la journée, car il était peut-être encore jeunot, même pour un adulte, mais il dormait très peu, et ne pouvait faire le moindre effort sans se fatiguer à vitesse éclaire, premièrement à cause de certaines douleurs dont il se serait bien passé, et deuxièmement, à cause du fait que certains vieux bobos rechigniaent à s'estomper, et s'amusaient par moment à lui couper souffle ou tonus... Déjà massacré à trente ans... il y en a qui n'auront jamais de chance dans la vie.

    Toujours très pointu sur les apparences, Yasunori se coiffa et maquilla en silence après être passé à la douche, il n'oublia pas le petit très noir qui mettait en valeur ses iris bleus, perle rare pour les asiatique, peut-être bien sa seule vraie fierté. Question coiffure il resta sobre, comme à son habitude, mais pas mal peigné, ni vraiment "sage", non, l'air "cheveux humides" donné par le cire irait très bien, comme d'habitude. Pour ce qui était des vêtements, le professeur enfila une chemise noirs à pseudo jabot laissée entre ouverte, un pantalon assorti, son éternelle croix autour du cou, juste là pour les apparences bien sûr, et une longue veste cintrée ferait bien l'affaire, veste dont les pans lui arrivaient tout de même presque au niveau des genoux.
    Il attrapa ensuite sa guitare, seul instrument qui lui servirait ce matin, avant de sortir, en prenant soin de bien refermer la porte derrière lui, à clef.

    Spoiler:
     

    Ce matin, il avait rendez vous, et à son grand soulagement, c'était avec un jeune nippon, autrement dit, pas besoin d'utiliser son coréen un peu émousser, il allait pouvoir converser dans sa langue natale.. pour un peu que le jeune élève veuille bien, sinon, ma foi, il ferait avec. Heureusement il était parti avec de l'avance, car lui et le sens de l'orientation n'était pas de très bons amis. De plus, Ysho n'était pas habitué à aller dans les quartiers riches, ça le rebutait, la plupart du temps, de voir toutes ces grandes bâtisses dont personne ne se servait, à ses yeux. oui, pourquoi vouloir toujours plus grand, lorsqu'on avait l'argent, alors qu'il simple pièce à vivre suffisait, et en plus il y avait bien moins à s'occuper pour une pièce que pour trente ou quarante... question de logique!

    Mais il trouva pourtant sans trop de difficulté, après avoir un peu flâné à l'extérieur, guitare sur l'épaule, l'air curieux, à fredonner tranquillement. il fallait dire que ce genre de maisons était plutôt peu courant dans le coin, alors, pour la repérer il ne lui avait pas fallu beaucoup de recherches, et encore heureux, car la ponctualité était pour lui primordiale, alors il était hors de question qu'il se permette d'arriver en retard! Ainsi, à l'heure dite, alors que le soleil s'était levé depuis un moment et commençait tranquillement à réchauffer les environs, il avait sonné à l'entrée. il n'eut guère à attendre pour qu'on lui ouvre, et ce fut avec son sourire amical qu'il salua la dame qui lui fit signe de rentrer, après une brève présentation, comme toujours, histoire qu'on ne se demande pas qui il était, et simplement, par pure politesse, étant donné qu'il ne connaissait pas la maison, c'était la moindre des choses. Sans tarder plus, le nippon tourna les yeux en entendant des pas dans l'escalier, voyant débarquer le dit élève... Et bien,a u moins un qui ne trainait pas les pieds, c'était déjà un bon point, toujours mieux que ceux qui rechignaient carrément à venir lui ouvrir, car les parents avaient décidé sans demander leur avis, de leur filer des cours en plus... Pourtant, Yasunori n'était pas un monstre, au contraire... ou alors, il se demanderait bien, ce qu'était la définition du mot monstre chez les autres! Car si quelqu'un de patient, amical et aimable était monstrueux....

    " Bonjour. "

    Le jeune professeur (et ouais quand même!) hocha légèrement la tête, en signe de politesse, remerciant la dame avant que celle ci ne disparaisse par la porte la plus proche. Puis, Yasunori eut un regard vers son élève, et fut presque étonné d'entendre sa question posée... en japonais! Ah! cela ne pouvait pas mieux tomber, vraiment, car il n'y avait rien de tel pour bien faire, que de pouvoir employer une langue dans laquelle on était vraiment à l'aise! Pas qu'il soit nul en coréen, loin de la, au contraire mais qui ne préférerait pas pouvoir discuter dans sa langue natale, plutôt qu'autre chose? Il n'était pas masochiste notre svelte professeur!

    " Bien sûr, c'est quand vous voulez jeune homme... je suis là pour ça! "

    Il restait poli, même envers plus jeune que lui, question d'étique, et de principes. allez savoir pourquoi, autant certaines personnes ne se seraient pas gênées pour tutoyer, autant, lui, il était comme ça, à mettre tout le monde sur un même niveau... Bien sûr, cela ne durait généralement pas, une fois qu'il connaissait assez bien ses élève, le vous disparaissait... Car selon Yasu', c'était là quelque chose qui empêchait le rapprochement entre deux personnes, et, pour ses cours, il n'aimait pas rester distant. L'adulte suivit tranquillement, sans courir mais sans trainer non plus, le jeune homme qui était parti devant, son regard clair se posant de ci de là comme un gamin qui découvrirait on ne sait quoi de nouveau chaque jour... C'était bien la seule chose encore enfantine qu'il possédait.

    " Pas besoin de courir voyons, on a le temps. "

    Ysho eut un sourire tranquille envers le jeune homme, l'air de dire "c'est pas en se pressant que ça ira plus vite", avant de descendre son instrument de son épaule, c'est que, à force de temps, ça pesait cette petite chose!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ven-light-chaser.deviantart.com
 

Juste une petite leçon [Hatakeyama Yasunori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar :: } _Seoul City | Gwangjin-gu } Le Quartier Riche :: → Gunja-dong } Les résidences :: Mukai Hirohito's chalet.-