AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut bien se lancer un jour...| PV Kwon Su Jin |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

K i n g

K i n g
▌Âge RP : 18 ans
▌Phone : 011-0523-9864
▌Pix' :



Identity
Classe sociale: Aisée
Relationship:
Côte de popularité:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Il faut bien se lancer un jour...| PV Kwon Su Jin |   Lun 2 Aoû - 17:36

Ce matin là, le doux son des oiseaux vint me tirer de mes songes sans rêve particulier. Pour une fois depuis quelques temps, je n’avais pas mal dormi. On pouvait même dire que je m’étais endormi comme une masse. La conversation que j’avais eu la veille avec Mee Joo était peut être un peu pénible pour moi mais j’avais réussi à retenir mes sentiments et à y faire face. A croire que je m’étais fais une raison et qu’il ne manquait plus qu’une chose : que j’ai une conversation avec nos deux amis. Oui une conversation à cœur ouvert était ce qu’il fallait absolument faire, ainsi je pourrais surement tirer un trait sur toute cette histoire même si ça allait surement être difficile, c’était indéniable. Tout doucement, je m’étire et ouvre petit à petit mes yeux lorsque je sens que quelqu’un frappe à ma porte. Je prie la personne d’entrer et voir apparaitre le doux visage de ma mère qui a du rentrer plus tard que je n’avais fais la veille car je n’avais vu aucune des voitures de mes parents lors de mon retour. Elle me demande si j’ai bien dormi et tandis que je me relève pour être désormais assis sur mon lit en caleçon, elle en profite pour s’asseoir à côté de moi. Je me demande bien ce qu’elle a à me dire pour venir si tôt.

« Dis moi, Jae Yung aurais-tu le courage d’aider ta pauvre mère à finir les préparatifs de la soirée caritative sur laquelle je travaille depuis quelques semaines ? Il ne reste pas grand-chose à faire et comme on est un jour de repos, je sollicite donc ton aide, puis-je ? » Me lance-t-elle dans un sourire qui veut tout dire.

Elle sait depuis longtemps que je ne rate jamais une occasion de l’aider dans ce genre de soirée. Depuis mon enfance, j’ai eu l’habitude de trainer dans ses pattes, pour l’aider du mieux que je le pouvais et finalement avec le temps j’y ai pris gout, en fait. Je passe ma main dans mes cheveux pour me réveiller plus rapidement et dans un sourire je lui lance.

« Pourquoi pas. J’ai récupéré mon retard au niveau des cours hier, et puis il faut bien que je prouve que tes soirées caritatives sont les meilleures de Séoul, il en va de notre chère réputation, maman ! »

Je suis d’assez bonne humeur en soit, ce qui est rare depuis que j’ai été cloué au lit. Cette soirée devrait être parfaite pour me réhabituer à la haute société à laquelle j’appartiens après tout. Je me lève alors et elle me lance que le petit déjeuner est prêt en sortant de ma chambre. Sans un mot, je me dirige donc vers ma douche pour me laver avant d’enfiler un simple jean et un T-shirt parfait pour finir les préparatifs. Je descends alors rapidement pour prendre mon petit déjeuner avant de me rendre sur les lieux de la soirée en ayant pris soin, d’avoir prit un costume parfait pour la fin de la soirée au cas où on prendrait du retard.

On arrive rapidement sur les lieux de l’événement. Comme d’habitude ma mère a choisi le lieu parfait. Son choix s’est porté sur l’hôtel « Empérator » : un hôtel hors de prix est dont les salles de fêtes misent à disposition sont gigantesques et parfaite pour la soirée. Comme je me doutais de la part de ma mère, il ne reste que des légers détails. Elle me demande de faire le tour de la salle pour voir s’il ne manque rien tandis qu’elle s’occupe de vérifier pour la énième fois, la liste des invités. Ne voyant rien qui nécessite mon intervention, je prends mon temps pour bien faire le tour de la salle. Je vois que la soirée risque d’accueillir des enfants puisqu’un endroit semble leur être consacré. Encore surement une soirée pour les enfants défavorisés de la ville, je présume. Ma mère ne changera jamais, elle est bien trop bienveillante envers les enfants qui n’ont pas ma chance, c’est vraiment une femme incroyable, c’est indéniable. Voyant donc qu’il n’y a aucun lieu de s’alarmer je retourne auprès de ma mère qui fini de mettre de l’ordre dans la liste des invités qu’elle me montre comme pour me donner son avis.

« Les familles de tes amis, n’ont pas pu se libérer et m’ont promis de venir à la prochaine soirée dont je m’occuperai, j’espère que ça ne t’empêchera pas de passer la soirée avec moi ? Ton père ne peut pas non plus se libérer, il a une réunion très importante à faire. »

Dans un sourire je la rassure l’informant que ça serait un plaisir de l’aider à accueillir ses invités comme il se doit en parfait héritier. Puis en toute franchise, en m’occupant l’esprit je m’évite de penser à toute chose qui pourrait me miner le moral.

Le temps passe plus rapidement que je l’imaginais et ma mère décide donc de prendre deux chambres pour qu’on puisse se préparer convenable en tant que hôte. Je la quitte donc devant sa suite et fais de même en entrant dans celle d’à côté. J’en profite pour prendre une bonne douche de nouveau et enfile mon costume rayé bleu marine de grande marque que j’accompagne d’une chemise à satin couleur bleu ciel que j’accessoirise le tout avec quelques accessoires : une cravate de même tissu de couleur gris-bleu argenté et une chaine faite de perle à laquelle pend un pendentif en forme de croix. Pour finir le tout, j’enfile mes chaussures en cuir de couleur blanche avant de me rendre dans la chambre de ma mère pour attendre qu’elle finisse de se préparer. Voyant qu’il y a ses coiffeurs personnels, l’un d’entre eux en profite pour s’occuper de moi et vingt minutes plus tard, nous sommes fin prêts pour descendre et attendre bien sagement nos invités.

Petit à petit mais surement les invités font leurs entrées et en bon hôte je les salue et réponds gentiment à leur question. Beaucoup d’entre eux sont les parents de mes camarades de classes et me demande si ma grippe est enfin passé, ce que j’affirme avec un sourire amical et surtout poli. Tous les visages qui passent sous mes yeux me semblent bien étrangers alors que je les côtois depuis mon enfance. Comme quoi lorsque je dis qu’en réalité, nous sommes que le reflet d’une image que les gens souhaitent se faire de vous, c’est un triste constat. On se connait mais on se côtois par politesse. Ce monde dans lequel j’évolue et ce qu’il y a de plus hypocrite au monde. C’est une fatalité que j’accepte pleinement et je tache de ne pas faire de même. Bien que je sois amical, mes actions sont sincères et si je vais vers une personne, c’est que je le désire. Toujours debout aux côtés de ma mère, je vois alors un visage qui ne m’est pas inconnu sans pour autant être familier. Du moins assez frappant pour que je sois frappé par de vieux souvenirs. Nous étions en dernière année de collège lorsque la jeune fille qui arrive à notre hauteur a fait son apparition dans notre collège. Elle venait tout juste d’être adoptée par ses parents, les Kwon, si mes souvenirs sont bons. Pourtant elle était sujette à des brimades bien qu’elle faisait partie comme moi et mes amis des personnes dites populaires. A l’époque comme à l’heure actuelle, ce genre de comportement me rendait totalement fou et c’est donc évidant que dès que j’avais eu vent de l’affaire, je m’étais afféré à ce qu’on la laisse en paix. Avais-je assez de pouvoir ? Je ne le savais pas mais il semblait que mes mots avaient portés ses fruits puisque les brimades aux cours des semaines suivantes avaient pratiquement cessé enfin à ce que j’avais cru comprendre. Bien sur, tout ce que j’avais fais m’avait semblé naturel et je lui avais même adressé la parole pour en savoir plus sur elle, ce qui était normal pour moi vu que nous étions dans la même année même si c’était dans des lycées différents, mais elle ne semblait pas très à l’aise. J’avais donc décidé de la laisser en paix, jugeant que peut être elle ne souhaitait pas faire ma connaissance, ce qui n’était en aucun cas extraordinaire. Désormais si mes souvenirs sont bons et du aux rumeurs que j’avais entendu, elle avait fait carrière dans le mannequinat aux Etats-Unis et était donc devenu quelqu’un d’important, d’assez important pour que ma chère mère l’invite à cette soirée. Lorsqu’elle arrive à notre hauteur, c’est tout naturellement que je m’incline devant elle en parfait hôte et lui sourit amicalement.

« Bienvenue à notre soirée de bienfaisance, mlle Kwon Su Jin ! Nous espérons que vous passerez une bonne soirée parmi nous. » Profitant ainsi de l’occasion puisque ma chère mère est occupée à parler avec un autre de nos hôtes « J’espère que vous vous portez bien ? » Finis-je toujours avec le sourire.



Tenue du jour
Spoiler:
 



« On peut pardonner, mais oublier, c'est impossible.
Encore faut-il en avoir la force... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-dreamers.my-rpg.com
 

Il faut bien se lancer un jour...| PV Kwon Su Jin |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liar Liar :: } _Seoul City | Gwangjin-gu } Le Quartier Riche :: → Other } Tous les autres lieux-